Robert Kahn

Robert Kahn

Restituer ce jeu entre ébauches, fragments et quasi-achèvement.

germaniste, normalien, agrégé de lettres et féru de philologie, Robert Kahn a déjà traduit, pour les exigeantes et dynamiques éditions Nous, les lettres à Milena (sous le titre À Milena) et Derniers cahiers, qui regroupent les ultimes écrits (1922-1924) de Kafka dans leur ordre chronologique et leurs divers états d'aboutissement. À ce work in progress aussi fécond pour les chercheurs que passionnant et émouvant pour les lecteurs non spécialistes, s'ajoutera, vraisemblablement à l'automne prochain et toujours chez le même éditeur, sa traduction de l'intégralité du Journal, dont on ne connaît à ce jour en France qu'une version incomplète, traduite par Marthe Robert. Rencontre avec un kafkologue à plein temps.

En quoi était-il nécessaire de revenir sur des textes déjà largement connus ?

Robert Kahn. - Dire que les traductions du pionnier et découvreur Alexandre Vialatte, mais qui a réécrit Ka ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon