Robert J. Gordon États-Unis, 1940

Robert J. Gordon États-Unis, 1940

L'économiste américain soutient que la « révolution numérique » ne créera pas vraiment de croissance.

la e-économie ne serait-elle qu'un village Potemkine, tout en façade ? C'est ce que suggère l'historien de l'économie américain Robert J. Gordon dans son best-seller influent de 2016, The Rise and Fall of American Growth (« Montée et déclin de la croissance américaine »). Sa thèse ? À rebours de ses promesses mirifiques, ladite « révolution digitale » n'apportera, selon lui, à nos sociétés développées qu'une croissance dérisoire, comparée à celle qu'avaient générée des « innovations » plus prosaïques telles que l'eau courante, le moteur à explosion, le réfrigérateur, etc.

La révolution numérique a déjà produit sur ce plan, soutient Robert J. Gordon, la plupart de ses effets bénéfiques ; et elle se heurte aujourd'hui aux « vents contraires » du vieillissement rapide de nos populations et du creusement des inégalités. Notre croissance depuis la fin du XIXe siècle serait de ce fait une exception historique. Proche de l'idée de « stagnation séculaire » émise pa ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon