Robert J. Gordon États-Unis, 1940

Robert J. Gordon États-Unis, 1940

L'économiste américain soutient que la « révolution numérique » ne créera pas vraiment de croissance.

la e-économie ne serait-elle qu'un village Potemkine, tout en façade ? C'est ce que suggère l'historien de l'économie américain Robert J. Gordon dans son best-seller influent de 2016, The Rise and Fall of American Growth (« Montée et déclin de la croissance américaine »). Sa thèse ? À rebours de ses promesses mirifiques, ladite « révolution digitale » n'apportera, selon lui, à nos sociétés développées qu'une croissance dérisoire, comparée à celle qu'avaient générée des « innovations » plus prosaïques telles que l'eau courante, le moteur à explosion, le réfrigérateur, etc.

La révolution numérique a déjà produit sur ce plan, soutient Robert J. Gordon, la plupart de ses effets bénéfiques ; et elle se heurte aujourd'hui aux « vents contraires » du vieillissement rapide de nos populations et du creusement des inégalités. Notre croissance depuis la fin du XIXe siècle serait de ce fait une exception historique. Proche de l'idée de « stagnation séculaire » émise pa ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes