Richard II

Richard II

Une introduction détaillée donne des armes pour aborder Richard II, cette tragédie des séparations qui voit un roi faible, mais juste, progressivement dépouillé de ses attributs. « Et jusqu'à cet écroulement final, écrit Georges Lambin, nous sommes tenus sans répit en haleine et comme accablés d'une pitié croissante pour cet étonnant héros : ce Richard inconscient, partial, hésitant, qui se laisse priver par surprise de ses prérogatives sacrées, mais fragiles, qui très vite, comme un oiselet fasciné, livre tout à son adversaire, et qui se découvre alors homme sans plus, ainsi que tous les autres, exposé à leurs faiblesses, à leurs souffrances, à leurs risques de trépas. Cette ombre de monarque ne sait donc plus que traduire en images poétiques captivantes, en élans d'un lyrisme sublime, ses vacillations, ses déchéances et ses craintes. »

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard