Richard Dawkins Grande-Bretagne, 1941

Richard Dawkins Grande-Bretagne, 1941

Son athéisme militant a fait du biologiste britannique un personnage public mondial.

parangon de ces scientifiques que les Anglo-Saxons adorent ériger en consciences publiques, comme feu Stephen Hawking (mort en mars 2018), Richard Dawkins a d'abord été un biologiste et éthologiste reconnu. On doit à cet émule de Darwin l'hypothèse (contestée) du « gène égoïste » (1976), à partir de laquelle il a forgé le concept sociologique du « mème ». Mais Richard Dawkins est devenu une véritable star dans son pays et aux États-Unis pour, outre ses talents de vulgarisateur à la télévision, ses positions militantes athées radicales. Traduit en 31 langues, son best-seller mondial de 2006, The God Delusion (en français, Pour en finir avec Dieu), s'est vendu à plus de 2 millions d'exemplaires.

Richard Dawkins a mené un combat impitoyable contre le créationnisme et l'invasion des « pseudo-sciences », comme, selon lui, les médecines alternatives. « Contes de fées non scientifiques », toutes les religions sont à ses yeux des « virus », à éradiquer, con ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon