Revenant, comme il se doit

Revenant, comme il se doit

On sait qu'il ne faut jamais défier le fantôme de l'Opéra, car il se venge. Encore que cette perspective soit parfois féconde, tant celui-ci a inspiré compositeurs et réalisateurs le film de Brian De Palma est culte. Et les écrivains ? Plus délicat, l'ombre portée du créateur du spectre, Gaston Leroux, les ayant intimidés. Difficile de mettre d'autres pas dans les siens, étant entendu qu'il n'est plus question de s'inspirer des étrangetés survenues au palais Garnier à la fin du xixe siècle chute d'un lustre pendant un spectacle, machiniste retrouvé pendu ni de l'incendie du Bazar de la Charité en 1897. Michel Canesi et Jamil Rahmani ont osé s'emparer du mythe et lui faire un sort. La Douleur du fantôme, placée sous le patronage inattendu de Duras en épigraphe « La douleur est une solution à la douleur comme un deuxième amour », est un thriller haletant, si contemporain qu'on en oublie l'inspiration première.

Les auteurs campent efficacement leurs personnages, l'avocat Pierre ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine