Retour vers le futur

Retour vers le futur

Vous croyez être en 2018 ? Bienvenue en 1864

Dans La Grande Peur des catholiques de France, Henri Tincq compare les catholiques aux « intransigeants » du XIXe siècle. Lorsque le très catholique Laurent Wauquiez parle du « triste village global qui n'est que la vitrine déshumanisée d'un monde sans racines » (25 octobre 2017), il retrouve les accents du Syllabus de Pie IX. En 1864, ce pape ultraconservateur condamnait « tous les libéraux de la terre et les "monstrueuses erreurs" de la société moderne comme le rationalisme, le socialisme, les libertés de la presse, de conscience, d'association ». C'est ce qu'explique Henri Tincq dans son essai. « Je ne reconnais plus mon Église », s'indigne l'ancien journaliste du Monde élevé dans la foi et dans l'amour de Chateaubriand, de Mauriac, de Bernanos ou de Claudel. Lorsqu'il voit passer la Manif pour tous ou qu'il écoute les discours de Sens commun, il identifie dans leur dérive catho-identitaire « le triple héritage de la "Contre-Réforme", de la "c ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon