retour vers le futur

retour vers le futur

VOUS CROYEZ ÊTRE EN 2017 ? 2018 ? BIENVENUE EN 1904La preuve avec La Crise du livre d'Henri Baillière, publié au début du xxe siècle et toujours d'actualité.

« Autrefois, on faisait un livre quand on avait quelque chose à dire [...] ; aujourd'hui on fait d'abord le titre, on le fait plein d'attractions et de promesses ; on fait même la couverture, mais dans le livre on ne met rien ou presque rien », constate le grand éditeur Henri Baillière. Et ce diagnostic il ne l'établit pas à la suite d'une visite dans une Fnac ou sur Amazon. Baillière a écrit ses lignes en 1904 dans La Crise du livre. Sans pouvoir incriminer l'autofiction et les biographies littéraires, il affirme : « La littérature d'imagination est morte, ou du moins subit une éclipse, il faut y renoncer. » Trouvant ses contemporains bien moins inspirés que Balzac, Zola...

Ou Paul Bourget. De même, bien avant que ne sévissent Le Corbusier et Valérie Damidot, les appartements sont « trop petits ; des portes et des fenêtres, il y en a partout, mais il n'y a pas de panneaux » pour mettre des bibliothèques. Bref, rien n'a changé, les bons livres ne sont pas ceux « qui ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine