Retour à Zornhof

Retour à Zornhof

Peut-on se consoler de ses origines ? Retour à Zornhof, belle chronique du désenchantement qu'accompagne en filigrane la mélancolie tragique des lieder du Voyage d'hiver de Schubert, raconte l'ultime visite d'Henri Schott, écrivain vieillissant et toujours insoumis, dans le pays lorrain de son enfance. C'est peu dire que le lieu n'est pas peint sous un jour très flatteur, hanté qu'il est de beaufs ruraux bas de plafond, Nemrod en treillis viandards et alcooliques qui ont tout oublié des lois élémentaires de la nature. Mais rien à faire : « Malgré une si longue absence, le pays ne l'avait jamais quitté. Cette contrée était sa genèse, la genèse de son langage, de ses jeux, de ses héros et de son inspiration. »

En repassant par la Lorraine, sans sabots et après s'être consumé aux brûlures de contrées moins ombreuses, Henri Schott accomplit sa dernière métamorphose. Zornhof, ce lieu de la fureur dont on ne peut que foutre le camp, tel Mathias, âme délicate et humiliée, ombre port ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes