Retour à Ulysse

Retour à Ulysse

Face à l'absolu, comment ne pas être pris d'un mélange d'exaltation et de crainte ? « J'ai presque peur de traiter un tel thème », confiait James Joyce en évoquant sa volonté d'écrire une ?uvre inspirée de L' Odyssée, à ses yeux le sujet « le plus beau », « le plus universel », « le plus humain de toute la littérature ». Devant l'essence non moins superlative de son Ulysse, le lecteur éprouve immanquablement, lui aussi, un vertige. Que dire alors de celui qui doit traduire un tel texte ? Un texte-monde, un texte-monstre, une somme qui réinvente à la fois la syntaxe, le vocabulaire et le style ?

En 1929, soit sept ans après la parution du roman, Auguste Morel, assisté de Stuart Gilbert, en livra une première version française, « entièrement revue par Valery Larbaud avec la collaboration de l'auteur ». De grande qualité, celle-ci accéda au statut de référence jusque chez les spécialistes anglo-saxons, qui, par un étonnant détour, y trouvèrent la clé de cert ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé