Requin à deux têtes

Requin à deux têtes

L'agonie d'une communauté de pêcheurs, victimes de la pollution sur les bords de l'étang de Berre.

« Les poissons, les congres principalement, se mangent tous les uns les autres ; il faut excepter le muge », décrit Aristote dans son Histoire des animaux, par un détour mystérieux entre les plantes et l'espèce la plus noble, l'homme. Le poisson dont la poche pleine d'oeufs précieux est à l'origine de la poutargue, un plat méditerranéen, inspire aussi Sigolène Vinson. Avec Maritima, elle ne compose pas une revue des animaux aquatiques, mais le récit d'un essoufflement, celui de la dernière génération d'une famille de pêcheurs au calen. Ses membres, tannés par le soleil, le sel et le mistral, luttent désormais sans espoir contre la pollution des usines environnantes - de la raffinerie Total du plateau de la Mède à l'usine ArcelorMittal de Fos-sur-Mer. « Vache d'industrie qui fait pousser deux têtes aux requins bleus et empêche les muges de grossir. »

Appartenant à ce temps révolu où le lien à la terre, mal-aimé, parfois haï, relevait d'une fidélité à toute é ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard