Repenser la guerre

Repenser la guerre

Comment repenser la guerre après l'effondrement du bloc communiste ? Philosophes et politologues s'y attachent en renouvelant les analyses internationales et les débats stratégiques. Plusieurs essais ont fait date, ces dernières années. Etat des lieux.

«Paix impossible, guerre improbable » : on se souvient de la fameuse formule de Raymond Aron pour définir l'équilibre de la guerre froide Paix et guerres entre les nations , éd. Calmann-Lévy, 1962. Ces temps sont loin et, de la chute du mur de Berlin à la guerre au Kosovo, un « nouvel ordre mondial » s'est installé.

Philosophes et experts stratégiques tentent donc, depuis 1989, de repenser la paix et la sécurité internationales. De la guerre du Golfe jusqu'aux conflits en ex-Yougoslavie, l'actualité a accompagné ces nouvelles réflexions et donné naissance à de nombreux ouvrages dont il n'est pas possible de rendre compte ici en détail 1. C'est pourquoi nous présenterons seulement cinq de ces auteurs qui nous semblent avoir contribué, ces dernières années, à renouveler la réflexion sur la guerre.

Le philosophe américain Michael Walzer est l'un des premiers à avoir repensé la guerre aujourd'hui, avec la publication en 1977 de Guerres justes et injustes ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon