La vie de Bibi

La vie de Bibi

L'essayiste et théoricien Régis Debray rassemble dans un recueil tous ses écrits à la première personne, depuis ses fièvres de jeunesse jusqu'à aujourd'hui. Non sans autodérision.

Certaines traditions orientales prêtent aux chats plusieurs vies, sept ou neuf. Il y a du chat chez Régis Debray, qui peut passer en un instant du ronronnement au coup de patte, ou de griffes. « Je suis cyclothymique, reconnaît-il, je peux dire le meilleur et le pire. » Et pas seulement à propos des écrivains. Debray a vécu bien des vies. Depuis Régis-Jules, jeune bourgeois du 16e arrondissement né en 1940 dans une famille « métissée », des industriels belges installés au nord de la France côté paternel, un grand-père juif du côté maternel, même si ses parents à lui, Georges et Janine, étaient « normalement mais résolument catholiques ». « Je suis donc un chti de souche et un juif manqué », commente-t-il. Jusqu'au « gaulliste d'extrême gauche » d'aujourd'hui, ainsi qu'il se situe sur l'échiquier politique - ou plutôt dans sa marge -, et au « catholique non croyant et non pratiquant », lequel, du haut de son Olympe germanopratin, fulmine volontiers contre le monde actuel, sa barbarie ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine