Rembobinage

Rembobinage

Ces films qui ont regardé mon enfance » : ce dont Jean Louis Schefer voulait témoigner dans son essai L'Homme ordinaire du cinéma. Ici, ce sont des films qui regardent une dépression, une absence à soi. Après une rupture, un homme de 45 ans se retrouve seul dans un village alsacien. Comme enterré vivant, Frank Beauvais plonge dans une catalepsie routinière qu'il expose en voix off, dans un texte à la fois tourmenté et clinique. Le naufragé se raccroche à une cinéphilie compulsive - quelque 400 films en six mois. Le boulimique mange de tout : classiques du répertoire, nouveautés téléchargées, bizarreries kitsch... Tout ce que nous voyons provient de ce festin désespéré : Beauvais n'a tourné aucun des plans qui s'enchaînent sous nos yeux. Les visages en sont quasi absents : y prévalent natures mortes, paysages, fragments corporels, silhouettes... Ce n'est certes pas la première fois qu'on monte des plans dus à des tiers ; le genre a même un nom - le found footage. ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard