Regarde-la ma ville

Regarde-la ma ville

Au-delà des clichés sur les quartiers « sensibles », plusieurs ouvrages exhument leur mémoire et leur histoire, en donnant la parole aux habitants.

« J'aime bien mon petit ghetto, j'aime bien voir les petits jouer là-bas au foot, j'aime bien ce décor-là moi, il me plaît ce décor ! » Dans De cendres et de braises, réalisé par Manon Ott, un jeune homme en survêt contemple les Mureaux en souriant du haut de la colline qui les sépare de Paris. Il lance un regard songeur sur le quartier, avec cet air trouble qui accompagne des mots à la fois affectueux et empreints du discours politico-médiatique.

« Quand on fait un tour à 360° aux Mureaux, on a l'impression qu'il n'y a que nous ici. Et puis il y a les lumières qui brillent au fond... comme si c'était la sortie. Mais c'est difficile d'y arriver, il faut traverser tout ça pour y arriver. Il faut casser les barrières qu'il y a autour. » Aux dernières minutes du film, Yannick, rappeur et veilleur de nuit, oiseau nocturne, personnage ailé quasi fictionnel, perché sur la colline qui borde les Mureaux, laisse lui aussi planer son regard au loin. Sauf que ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes