Rebecca a disparu

Rebecca a disparu

Une disparition qui ne débouche pas sur un polar, mais sur le spectacle du temps qui s'écoule.

Dans un village anglais, une fille a disparu : c'est sur cet argument très ordinaire que s'ouvre Réservoir 13, quatrième roman du Britannique Jon McGregor. Avec un tel point de départ, on croit avoir affaire à un polar ou à un thriller - enfin, du moins, une histoire qui cherchera à exorciser le mystère, qui comblera l'absence de l'adolescente avec une profusion de rebondissements, de suspects, de témoins... Réservoir 13 n'est pas de ces livres : l'enquête piétine, les enquêteurs resurgissent parfois avec des questions ou une intuition, mais la vie reprend son cours, légèrement teintée par le souvenir de cette énigme irrésolue.

La disparition de Rebecca n'agit pas comme une béance engloutissant tous ceux qui se trouvaient dans les parages : elle les laisse quasi intouchés, quoiqu'un peu hagards, comme si le drame avait échoué à les transformer. Sous la plume ouatée de Jon McGregor, les événements se succèdent et les personnages défilent sans qu'aucun ne dép ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine