Raymond Kurzweil États-Unis, 1948

Raymond Kurzweil États-Unis, 1948

Aucun débat sur le futur ne peut ignorer les travaux du directeur de la recherche de Google, surnommé par le magazine Forbes « la machine cérébrale ultime ».

scientifique, professeur au MIT, inventeur et entrepreneur à succès, futurologue, auteur de science-fiction et de best-sellers sur la santé, l'intelligence artificielle, etc., penseur, conférencier et, depuis 2012, directeur de la recherche chez Google : Raymond, dit « Ray », Kurzweil est tout cela à la fois. Car il a commencé très tôt. À 15 ans, ce fils de musicien interprète au piano, dans une émission de télé, une pièce de musique classique composée à partir de l'analyse d'autres, par un ordinateur qu'il a lui-même construit. Encore élève au MIT, il conçoit à 20 ans un algorithme pour aider les étudiants à choisir leur cursus dans les universités. Parcoursup un demi-siècle à l'avance ! On lui doit ensuite des avancées décisives dans la reconnaissance optique des caractères d'imprimerie, la reconnaissance vocale, la transposition en voix synthétique (pour les aveugles) de la lecture de fichiers puis de livres, l'élaboration de synthétiseurs dupliquant, (jusqu'à les confo ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon