Rapports de forces

Rapports de forces

Un spectacle remarquable, créé l'an dernier dans le secteur public au Théâtre de l'Athénée, est repris, à partir de ce 1er septembre, dans le secteur privé au Théâtre Montparnasse : c'est Déjeuner chez Wittgenstein de Thomas Bernhard dans la traduction de Patrick Démerin et la mise en scène de Hans-Peter Cloos. Le personnage principal est bien Wittgenstein, le philosophe autrichien qui devait prendre la nationalité britannique. Bernhard prend de grandes libertés avec la réalité. L'action se passe dans la maison des Wittgenstein, où ne vivent plus que les deux s?urs de Ludwig. Celui-ci est à l'hôpital psychiatrique voisin mais il bénéficie d'une permission de sortie. Le voilà ! L'une des s?urs l'idolâtre, l'autre un peu moins. Il se sent bien, tout est d'abord calme. Puis Wittgenstein s'irrite, devient incontrôlable, s'en prend à tous et à ses démons...

On connaît le théâtre de Thomas Bernhard, qui sont de longs surplaces de fureur martelée. Mais la colère ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes