Rêves sous cellophane

Rêves sous cellophane

Confessions intimes sur les riches heures révolues du poche érotique par un amateur aux connaissances encyclopédiques, qui a payé de sa personne en mettant la main à la plume.

1980, un hypermarché Carrefour et son imposant parking. Je furète seul dans le rayon « livres ». Ici, tout est vaste. Des mètres de BD, de livres de poche. Des pin-up à l'aérographe sur des « Brigade mondaine ». La Fermière du vicomte, La Secte des Amazones, Le Harem de Marrakech... J'ai 14 ans. Un sortilège pornographique de quelques francs me pousse aux portes insoupçonnées d'un imaginaire divagant. Je garde le souvenir du « Brigade mondaine » n° 10, Le Cygne de Bangkok, et d'une bourgeoise dépravée sous le joug d'une dominatrice au crâne rasé. J'ai oublié leurs noms - Fabienne Valois et Fiji - et l'enquête, mais non le corselet, fortement baleiné, qui broie la taille de la première, au moyen d'une fermeture à crans d'acier. Ses hanches jaillissent en corolle. Femme coupée en deux. Le mécanisme froid ignore la souffrance des chairs. Une scène m'embrase : Fabienne est suppliante, mais Fiji, intraitable, resserre les crans. J'entendais leur claquement. « Dehors, Fa ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes