Réclusion criminelle

Réclusion criminelle

Une jeune fille cloîtrée abusée par un maître de forge : un prêtre mène l'enquête dans ce roman très noir aux accents faulkneriens.

Un manoir isolé, un monastère devenu asile, une jeune fille cloîtrée, des histoires de famille, un prêtre qui mène l'enquête : Né d'aucune femme s'impose comme un roman noir classique. Il y a chez Franck Bouysse, passionné de Faulkner, des variations sémantiques caractéristiques des personnages et des formes inquiétantes sous la tension narrative... Vendue comme esclave par son père, Rose est abusée par le maître de forge. Internée à l'asile, elle écrit, échappant à la réclusion dans l'imaginaire. Depuis qu'il a mis la main sur ces carnets, un prêtre cherche la vérité. La perversion, le mal expriment la vanité de toute morale : les personnages sont conditionnés par leur histoire. La pauvreté s'est abattue sur la famille de Rose, engendrant l'aliénation de la fille et la lâcheté du père. Rose aura un enfant silencieux, suspendu au mystère de ses origines. Parfois « la condition » se dissipe. Des femmes soumises qui résistent, des mères qui donnent et suspendent la vie, des d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon