Les bourreaux pointent aussi

Les bourreaux pointent aussi

L'Allemagne verse-t-elle encore de l'argent à d'anciens collaborateurs étrangers du régime nazi ? Plus de soixante-dix ans après la fin de la guerre, 54 personnes en France perçoivent encore aujourd'hui une indemnité de l'État allemand. Mais qui sont-elles ? Enquête.

ils seraient 54 en France. Lorsque le ministère allemand du Travail a annoncé, fin février, que plus de 2 000 personnes dans le monde touchaient encore une indemnité issue du régime nazi, l'information a suscité l'indignation et la surprise. Plusieurs historiens spécialisés, contactés, n'avaient jamais entendu parler de cette indemnité, encore moins de leurs bénéficiaires français. « C'est un sujet négligé jusqu'à présent. Notamment parce que les sources sont très difficiles d'accès », explique Christoph Brüll, enseignant à l'université du Luxembourg et l'un des rares à suivre de près cette affaire. Côté politique, même surprise. Geneviève Darrieussecq, secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées, a reconnu n'en avoir pas eu connaissance.

Qui sont ces 54 ? Impossible de connaître leur profil : les Allemands ne souhaitent pas divulguer leurs noms, en raison de la protection des données personnelles. On sait que parmi eux, figurent 27 blessés de guerre, les autr ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon