Réalisme et extase

Réalisme et extase

Une exposition retrace le parcours de Huysmans critique d'art, découvreur visionnaire des grands peintres de son siècle.

Cette exposition aurait pu être rêvée par Huysmans. Si les tableaux, les éditions originales et les manuscrits sélectionnés illustrent son combat encore si mal connu de critique d'art, ils peuvent aussi apparaître comme un écho en images de son oeuvre romanesque et de son parcours spirituel, lesquels sont d'ailleurs inséparables.

L'amour de Huysmans envers la peinture vient de loin. Il y était en quelque sorte prédestiné. Outre son père, graveur, dessinateur et miniaturiste d'origine néerlandaise, il comptait parmi ses ancêtres le peintre flamand du XVIIe siècle Cornélius Huysmans, dont le Louvre conserve quelques oeuvres. « De père en fils, dira-t-il, tout le monde a peint dans cette famille. » Rappelons aussi que son premier texte, publié en 1867, fut un compte rendu d'exposition : « Des paysagistes contemporains ». Il n'avait pas 20 ans. Jusqu'en 1905, période à laquelle sa santé commença de se détériorer, il continua de fréquenter salons et expositions, s'inscrivant ainsi ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon