Qu'on leur coupe la tête !

Qu'on leur coupe la tête !

Les stars qui soutiennent l'aide humanitaire sont victimes de campagnes d'une violence extrême sur les réseaux sociaux. Campagnes qui épargnent ceux qui, tel le fondateur d'Amazon, voient leur pécule gonfler avec la pandémie.

Durant le confinement mondial de 2020, on a vu un mouvement de colère s'élever des réseaux sociaux avec, comme étendard, un hashtag morbide, #guillotine2020. Ceux qu'il s'agissait de guillotiner étaient les stars du cinéma, de la chanson ou de la téléréalité qui habituellement sont adulées mais qui, soudainement, ont paru insupportables, au point même de devenir des figures du mal. Les aristocrates des temps modernes fantasmatiquement exécutés par les révolutionnaires des réseaux. Et pourquoi une telle tension ? Tout a commencé lorsque les stars, comme elles avaient pris l'habitude de le faire à propos de toutes sortes de causes humanitaires, ont exhorté leurs concitoyens à ne pas sortir, à bien exécuter les gestes barrières...

Le chanteur américain Pharrell Williams par exemple, installé dans sa somptueuse résidence de Beverly Hills de dix chambres, onze salles de bains, offrant une vue imprenable sur Los Angeles, a demandé à ses fans de faire un don pour le personnel soign ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes