Quid du Latin et du Grec ?

Quid du Latin et du Grec ?

La ministre a revu sa copie. Pourtant, en suspendant l'enseignement des langues anciennes au bon vouloir des établissements, elle prend le risque de creuser les inégalités.

Alea jacta est, les dés sont jetés. La rentrée 2016 verra la mise en place de la controversée réforme du collège, portée depuis son annonce le 11 mars 2015 par la ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem. « Inégalitaire », « monolithique », « suscitant parfois l'ennui, voire la perte de goût pour le travail et l'effort » : la ministre fait sur le site du gouvernement le constat de l'échec du collège dans son accompagnement des élèves vers la réussite.

Point de cristallisation des tensions : la suppression du latin et du grec en tant qu'options facultatives et leur intégration dans des modules destinés à tous les élèves. Jusqu'à cette année, les élèves pouvaient bénéficier de deux heures hebdomadaires de latin en cinquième, puis de trois heures en quatrième et en troisième. Quant au grec ancien, il était généralement enseigné à partir de la troisième, à raison de trois heures par semaine. Dorénavant, ces options sont supprimé ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Une jolie fille comme ça », Alfred Hayes (Folio)

Disparition

Andrea Camilleri  © Associazione Amici di Piero Chiara

Andrea Camilleri
L'écrivain italien nous a quittés à l'âge de 93 ans

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine