Qui a vu l'ours ?

Qui a vu l'ours ?

En Alaska, une ado sauvage est victime d'une agression dont elle occulte le souvenir.

Nombreux, dans les romans publiés par les éditions Gallmeister, sont les personnages aspirant à retourner à la nature - à s'y fondre, à s'y oublier. À cet égard, le bien titré Sauvage n'aurait pu trouver meilleur foyer. Tracy Petrikoff, son héroïne, vit en Alaska avec son petit frère et son veuf de père (la mère est morte il y a peu, renversée par une voiture). À 17 ans, elle est l'adolescence incarnée : différente, solitaire, torturée. Son altérité, elle la porte comme une seconde peau. « J'ai toujours su lire dans les pensées des chiens », clame-t-elle en ouverture. Virée du lycée, elle passe son temps dans la forêt, à poser des pièges et à courir les bois. Un jour, un homme l'attaque, « une espèce de gros ours au torse puissant, avec une barbe drue et grisonnante ». Elle tire son couteau. La suite ? Elle ne se la rappelle pas. L'ombre de son agresseur, dont elle craint le retour, commence à la hanter.

Arrive Jesse Godwin, un vagabond du même âge, qui cherche du ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine