Qu'est-ce qui ne va pas ?

Qu'est-ce qui ne va pas ?

Ce dernier roman, nourri de l'histoire personnelle de son auteur, récapitule les précédents, toujours en quête d'un père aux souffrances insondables.

Retour à la case dernière. Depuis bientôt dix ans, David Vann creuse, à s'en faire saigner les ongles, la tombe de son histoire personnelle. L'Alaska et ses solitudes glacées, la fascination pour les armes à feu, la famille comme malédiction… Autant de motifs entrelacés tissant une oeuvre unique, à mi-chemin entre la tragédie grecque et le meilleur du gothique américain. Un poisson sur la lune offre de cette fresque une récapitulation grandiose. Jamais on n'aura été aussi proche de l'auteur, de ce malheur transmué en génie.

Insupportable lumière noire

David, 13 ans, apparaît furtivement dans le livre, au côté de sa soeur. Il essaie d'attirer l'attention de son père, du bout des lèvres, quémande son amour. Tâche impossible. Jim, seul, acculé, est revenu en Californie pour tenter de se faire soigner avec la certitude que rien ni personne ne pourra le sauver. Son frère s'y efforce pourtant. Son psy, ses gosses, ses parents, ses ex-femmes, ses amis. Mais cet anc ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon