Les livres en prennent pour leur grade

Les livres en prennent pour leur grade

Les lettres et l'uniforme font en France souvent bon ménage, comme le prouvent les succès des plumes d'état-major, dont le dernier en date est signé par le général de Villiers.

Voici un général qui fascine ! Et ce nouveau sexe-symbole intellectuel n'est autre que le général Pierre de Villiers (1). Le frère de l'autre Villiers, Philippe. Propulsé en quelques mois auteur à succès, l'ancien chef d'état-major des armées vole de plateaux en studios, et de librairies en bibliothèques. Son nom est suggéré pour les plus hautes fonctions. Mais d'où vient cette mouche rédactrice qui pique ce général retraité ? Est-ce le fruit d'une tradition ou d'une novation ?

Sous la IIIe République, les militaires nageaient en politique tels des poissons dans l'eau. Une bonne carrière s'achevait au gouvernement, de préférence au ministère de la Guerre. C'était le temps des André, Mercier et, pourquoi l'oublier, de Boulanger. Ces généraux à maroquin étaient adeptes de la littérature. Comme leurs lointains devanciers Clausewitz et Jomini, analystes majeurs des guerres napoléoniennes, ils voulaient livrer leurs plans à la postérité. L'Académie française les a ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine