Queens of New York

Queens of New York

L'expression donne le ton : à l'époque, la ville est un « Thanksgiving sous ecsta »... Le New York du début des années 1980 n'en finit pas de nous fasciner. Paillettes et robes lamées, virées avec Keith Haring ou la célèbre drag-queen RuPaul, il fallait bien 400 pages à Julien Dufresne-Lamy pour nous faire tourbillonner dans le monde de ces « jolis monstres » qui donnent leur nom à son cinquième roman. À travers la rencontre d'un Afro-Américain, drag-queen lui aussi, mais en fin de parcours, et d'un jeune Mexicain, le roman nous plonge dans le récit nerveux de cette culture autrefois si underground qui règne à New York comme à Los Angeles. « Je navigue avec Willi Ninja, picole avec Kurt Cobain, souris face à Nan Goldin, chante avec Angie et des enfants Xtravaganza. » Ainsi vit la somptueuse Lady Prudence qui raconte au jeune repenti mexicain ce monde des mal-aimés, cette contre-société, qui vit au rythme des bals, où les maisons tenues par des « mères » (les drag-queens les plus res ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard