Siri Hustvedt, queen of New York

Siri Hustvedt, queen of New York

Archétypale de l'intellectuelle new-yorkaise, la romancière et essayiste à l'élégance austère, nourrie de Beauvoir, de Freud, de Lacan et de Kierkegaard, est aussi en pointe du combat féministe. Rencontre à Paris.

Attirant les regards, une femme d'une stature insolite traverse la cour pavée de l'hôtel d'Aguesseau, rue Séguier, pour rejoindre les bureaux parisiens de l'éditeur Actes Sud. Un élégant imperméable de facture minimaliste l'abrite de la bruine d'automne. Siri Hustvedt, c'est de la marque intello haut de gamme made in New York, photos d'Annie Leibovitz, amitiés avec Susan Sontag, Jay McInerney, Salman Rushdie... Cette tête-de-loup blonde à guiboles télescopiques, qui sait débusquer les araignées dans les coins, a replié son matériel sous une table et, après un léger sourire, se met au travail en précisant que, la veille ou l'avant-veille, elle s'est tapé une journée de 9 heures à 22 heures, non-stop. À Paris pour promouvoir son dernier livre, elle enchaîne les entretiens. Siri Hustvedt est vraiment très grande, plus d'un mètre quatre-vingts. Lorsqu'elle vous regarde, c'est forcément de haut. Elle répond aux questions avec gentillesse et patience, comme une prof chérissant la ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes