Que lisez-vous, Nicolas Bedos ?

Que lisez-vous, Nicolas Bedos ?

Le chroniqueur, dramaturge, scénariste et réalisateur du récent La Belle Époque évoque ses goûts littéraires et ses envies de lecture.

Comment s'est construite votre approche de la littérature ?

J'ai eu la chance d'entendre beaucoup parler de littérature à la maison, par mes parents, ma marraine Gisèle Halimi ou mon parrain Jean-Loup Dabadie. Comme j'avais envie d'intéresser mes proches et de faire le malin, j'ai lu utile. Les nouvelles de Maupassant ont été un déclic. Avec Bel-Ami, j'ai découvert l'écriture cinématographique de Maupassant. Tout à coup, cette littérature me donnait vraiment du plaisir. Je ne lisais plus pour me cultiver mais pour ressentir des sentiments, pour réfléchir aussi. Ensuite, j'ai eu ma période Zola, inspirée par le très romanesque Thérèse Raquin. Puis, mes goûts littéraires se sont tournés vers Fitzgerald, qui m'a guidé vers Hemingway, qui, lui, m'a ouvert la voie vers Steinbeck.

En matière d'écrivains, vous avez des totems ?

Autant j'ai eu une vie un peu débraillée, autant je conserve une certaine attirance pour l ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon