Que jeunesse passe

Que jeunesse passe

Nino et Lale, amoureux, noient leur vie dans la fête, l'alcool, la drogue. Une vie à deux écrite à deux.

Il faut que jeunesse se passe. Si Nino avait été le jeune héros d'un roman d'apprentissage, l'expression aurait fait un parfait sous-titre. Or, ici, il ne faut pas seulement passer la jeunesse, mais subir nombre de jours avec presque rien dans les poches. Nino a 20 ans et affronte littéralement l'existence, occupé par de petits boulots mal payés, enveloppé par les effluves de joints fumés dans un appart miteux. Heureusement, il vit avec Lale, dont il est fou amoureux. Nino ne sait pas très bien qui il est, mais il se raconte, évoluant dans une ville passée aux rayons X. Il détaille ceux qu'il rencontre, les émotions et les sensations qui parcourent son corps.

On ne le lâche pas d'une semelle trouée, cherchant avec lui les combines pour appréhender le monde et y trouver une place, même s'il n'y en a pas. En attendant, il peut bien posséder la nuit avec Lale et se noyer dans la fête, l'alcool et la drogue ; il y a une vie à vivre même si elle rime avec le vide. Le mieux, c'est ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon