Quand Laurence Parisot se met le livre à dos

Quand Laurence Parisot se met le livre à dos

Dans sa défense de la rémunération des patrons du CAC 40, Laurence Parisot a déchaîné la colère du monde du livre en publiant une tribune dans le journal Libération, où elle déclare qu'un écrivain ne fait travailler personne. L'ancienne présidente du Medef a juste oublié les éditeurs, imprimeurs, libraires, diffuseurs, distributeurs, correcteurs, secrétaires d'édition, traducteurs, illustrateurs... bref tous les métiers rattachés au livre. «Rappelons à Mme Parisot que "la chaîne du livre" est la première industrie culturelle en France, représentant 3,9 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2015 et 80 000 emplois sur les 430 000 de l'ensemble du secteur culturel», ont rétorqué dans L'Humanité une soixantaine de signataires, dont Olivier Steiner, Belinda Cannone, Vincent Message, Arno Bertina, Gérard Mordillat.

Photo : Laurence Parisot ©AFP/THOMAS SAMSON

 

Entretien

Laurent de Sutter © Hannah Assouline/ éd. de l'Observatoire

Laurent de Sutter
« Une indignation efficace reconfigure nos manières de penser »

Nos livres

 La langue confisquée, Frédéric Joly, éd. Premier Parallèle

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

OCTOBRE :

 Microclimat judiciaire : entretien avec Judtih Rochfeld

► De Big Brother à Big Other : inédit du dossier Orwell-Huxley

► « Le génie français, c’est la liberté ! » : version longue de l'entretien avec Laurent Joffrin

SEPTEMBRE :

► L'identité et ses (im)postures : critique du Nom secret des choses de Blandine Rinkel

 Souvenirs de la maison close : critique de La Maison d'Emma Becker

 Le feu au lac : version longue de l'entretien avec Kevin Lambert

 

© Louison pour le NML

© Louison