Quand Laurence Parisot se met le livre à dos

Quand Laurence Parisot se met le livre à dos

Dans sa défense de la rémunération des patrons du CAC 40, Laurence Parisot a déchaîné la colère du monde du livre en publiant une tribune dans le journal Libération, où elle déclare qu'un écrivain ne fait travailler personne. L'ancienne présidente du Medef a juste oublié les éditeurs, imprimeurs, libraires, diffuseurs, distributeurs, correcteurs, secrétaires d'édition, traducteurs, illustrateurs... bref tous les métiers rattachés au livre. «Rappelons à Mme Parisot que "la chaîne du livre" est la première industrie culturelle en France, représentant 3,9 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2015 et 80 000 emplois sur les 430 000 de l'ensemble du secteur culturel», ont rétorqué dans L'Humanité une soixantaine de signataires, dont Olivier Steiner, Belinda Cannone, Vincent Message, Arno Bertina, Gérard Mordillat.

Photo : Laurence Parisot ©AFP/THOMAS SAMSON

 

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine