Quadrille tragique

Quadrille tragique

Nous étions comme les deux pieds d'une même personne, nous n'avancions pas l'un sans l'autre », déclare Ted Hughes après le suicide de sa femme, Sylvia Plath, dont il vient de publier Ariel, un recueil posthume. Il a choisi et réorganisé les poèmes, mais en a écarté un, intitulé « Le braconnier ». Traquant les bêtes, les femmes et les mots, le braconnier est la figure centrale du quadrille sauvage d'amour et de mort duquel Claude Pujade-Renaud orchestre les figures tragiques. Comment deux écrivains peuvent-ils vivre ensemble ? s'interroge la romancière, ou plutôt le peuvent-ils sans que l'un d'eux se sacrifie ? Sylvia Plath et Ted Hughes sont animés de la même ambition : être les grands artistes de leur temps. Comme des ombres portées, Assia et David Wevill sont entraînés dans leur sillage par leur puissance de création et de destruction. Aspirée par une fascination mimétique, Assia, poète elle aussi et maîtresse de Ted, se suicidera au monoxyde de carbone, comme Sylvia. Son mari de ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes