Quadrille tragique

Quadrille tragique

Nous étions comme les deux pieds d'une même personne, nous n'avancions pas l'un sans l'autre », déclare Ted Hughes après le suicide de sa femme, Sylvia Plath, dont il vient de publier Ariel, un recueil posthume. Il a choisi et réorganisé les poèmes, mais en a écarté un, intitulé « Le braconnier ». Traquant les bêtes, les femmes et les mots, le braconnier est la figure centrale du quadrille sauvage d'amour et de mort duquel Claude Pujade-Renaud orchestre les figures tragiques. Comment deux écrivains peuvent-ils vivre ensemble ? s'interroge la romancière, ou plutôt le peuvent-ils sans que l'un d'eux se sacrifie ? Sylvia Plath et Ted Hughes sont animés de la même ambition : être les grands artistes de leur temps. Comme des ombres portées, Assia et David Wevill sont entraînés dans leur sillage par leur puissance de création et de destruction. Aspirée par une fascination mimétique, Assia, poète elle aussi et maîtresse de Ted, se suicidera au monoxyde de carbone, comme Sylvia. Son mari de ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine