Punk et poilu

Punk et poilu

Il fut adulé par Breton et admiré par Guy Debord.Les Lettres de guerre d'un météore du surréalisme, dandy lucide et enragé, mort d'une overdose en 1919.

Mort d'une surdose d'opium en 1919, à l'âge de 23 ans, Jacques Vaché annonçait Dada. Et qui veut comprendre la genèse du surréalisme ne pourra éviter de consulter cet ensemble de 158 lettres, dont 23 inédites, réunies ici pour la première fois. Ces lettres de guerre, « très rares concentrés de résistance absolue », comme l'a souligné André Breton, sont passionnantes à double titre. Adressées par Jacques Vaché à sa famille, à Jeanne Derrien, sa confidente privilégiée, ou à ses amis du grand lycée de Nantes, qui avait vu ses débuts littéraires, elles ont d'abord valeur de témoignage intime sur l'horreur quotidienne de la Grande Guerre ; mais leur intérêt se trouve transfiguré lorsque apparaissent deux nouveaux correspondants : André Breton et Louis Aragon, rencontrés à l'hôpital nantais de la rue du Boccage.

Monocle à l'oeil, comme Tristan Tzara, son frère en esprit, Jacques Vaché, total nihiliste, imposa à ses successeurs une posture héritée de Jarry, voire du Des Esseintes ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Éric Vuillard

Éric Vuillard
« La Guerre des pauvres est une guerre qui n'est pas terminée. »