Punk et poilu

Punk et poilu

Il fut adulé par Breton et admiré par Guy Debord.Les Lettres de guerre d'un météore du surréalisme, dandy lucide et enragé, mort d'une overdose en 1919.

Mort d'une surdose d'opium en 1919, à l'âge de 23 ans, Jacques Vaché annonçait Dada. Et qui veut comprendre la genèse du surréalisme ne pourra éviter de consulter cet ensemble de 158 lettres, dont 23 inédites, réunies ici pour la première fois. Ces lettres de guerre, « très rares concentrés de résistance absolue », comme l'a souligné André Breton, sont passionnantes à double titre. Adressées par Jacques Vaché à sa famille, à Jeanne Derrien, sa confidente privilégiée, ou à ses amis du grand lycée de Nantes, qui avait vu ses débuts littéraires, elles ont d'abord valeur de témoignage intime sur l'horreur quotidienne de la Grande Guerre ; mais leur intérêt se trouve transfiguré lorsque apparaissent deux nouveaux correspondants : André Breton et Louis Aragon, rencontrés à l'hôpital nantais de la rue du Boccage.

Monocle à l'oeil, comme Tristan Tzara, son frère en esprit, Jacques Vaché, total nihiliste, imposa à ses successeurs une posture héritée de Jarry, voire du Des Esseintes ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon