Proust, génie et horreur de l'inconnaissable

Proust, génie et horreur de l'inconnaissable

La collection « GF » invite désormais des plumes contemporaines à présenter un classique. L'Américain Daniel Mendelsohn a choisi Du côté de chez Swann.

J'avais 20 ans, et j'étais en deuxième année de lettres classiques à l'université de Virginie. C'était l'été, un été poisseux, brûlant, typique de cette région [...]. J'étais chez mon mentor, une helléniste remarquable qui s'appelle Jenny Strauss Clay, et nous étions assis dans son salon, immobiles et ruisselants de sueur personne n'avait la climatisation, à l'époque, quand elle m'a dit : « Je sais ce qu'on devrait faire, on devrait lire Proust. » Le lendemain, nous nous sommes retrouvés chez elle, avec l'un de mes camarades ; et nous avons commencé à lire Du côté de chez Swann à haute voix, à tour de rôle tous les trois. Et nous avons recommencé le jour suivant, de sorte qu'à la fin de l'été j'avais lu le roman entièrement. J'étais alors dans un moment très particulier de ma vie, un moment d'éveil, tout à la fois littéraire et érotique. Je dois dire que, même si j'avais étudié le français auparavant, je ne connaissais vraiment pas la littérature française à cette époque - à l'excep ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé