Jean-Paul Dubois, lauréat du Goncourt 2019

Jean-Paul Dubois, lauréat du Goncourt 2019

L'année dernière, l'attribution du prix Goncourt à Nicolas Mathieu pour son second roman Leurs enfants après eux, avait créé la surprise. En 2019, c'est un écrivain consacré, ancien grand reporter, Jean-Paul Dubois, qui remporte le prix pour Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon

Jean-Paul Dubois remporte le Prix Goncourt 2019 pour Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon (L'Olivier). Dans sa dernière sélection, les dix membres du jury avaient conservé quatre finalistes, tous romanciers confirmés : Amélie Nothomb, Jean-Paul Dubois, Jean-Luc Coatalem et Olivier Rolin. Retrouvez nos critiques de leurs ouvrages : 

Couverture du livre

Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon de Jean-Paul Dubois (L'Olivier)

À chaque nouveau Jean-Paul Dubois, le lecteur peut jouer à repérer les récurrences qui réapparaissent sous sa plume. Un personnage principal nommé Paul ? Présent. Des allers-retours entre Toulouse et l'Amérique du Nord ? Comme toujours. Le deuil en toile de fond ? Forcément. Tout est là : une Anna, des parents dysfonctionnels, des vieilles voitures, un dentiste tortionnaire... Même la tondeuse à gazon. Pour Jean-Paul Dubois, la vie et l'écriture affluent au rythme de répétitions et de brusques décrochages...

Lire la critique de Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon.

 

Soif d'Amélie Nothomb (Albin Michel)

Amélie Nothomb n'est certes pas une perdrix de cette rentrée. Depuis Hygiène de l'assassin, en 1992, elle publie un livre par an. Célébrée aux temps de Stupeur et tremblements, elle est aujourd'hui vue par toute une frange de la critique comme une malédiction saisonnière. Son lectorat, en revanche, ne lui a jamais fait défaut. Pourtant, si Amélie Nothomb a avancé, progressé, varié, elle n'a pas fondamentalement changé...

Lire la critique de Soif. 

Extérieur monde d'Olivier Rolin (Stock)

Extérieur monde doit son titre au vocabulaire du cinéma. Les expressions « extérieur nuit » (titre d'un film de Jacques Bral) et « extérieur jour » désignent ce qui est filmé dans des lieux ouverts. Olivier Rolin est un homme ouvert au monde, dont il a fait plusieurs tours et détours qui ont nourri deux bonnes douzaines de livres, ou plutôt deux douzaines de bons livres, récits, romans, dont L'Invention du monde (1993) qui décrivait, en plus de 500 pages, à partir de 500 quotidiens, la journée du 21 mars 1989 tout autour de la planète...

Lire la critique d'Extérieur monde. 

La part du fils de Jean-Luc Coatalem (Gallimard)

On l'a vu arpenter des chemins lointains, serpenter sur les traces des écrivains qu'il aimait. Jean-Luc Coatalem, qui a la plume vagabonde, s'attaque aujourd'hui à une quête plus intime : celle de son grand-père Paol, Camille de son vrai nom, résistant arrêté en 1943 sur dénonciation et déporté. Chez les Coatalem, on ne parlait pas de Paol, combattant à Verdun et à Saigon. Pierre, son fils, le père de Jean-Luc, a préféré se refermer sur sa douleur et vivre dans le mutisme...

Lire la critique de La part du fils. 

 

À écouter : Jean-Paul Dubois sera l'invité de Guillaume Erner dans Les Matins de France Culture le mardi 5 novembre 2019 dès 7h40.

 

Photo : Jean-Paul Dubois © Patrice NORMAND/Opale/Leemage/Éd. de L’Olivier

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon