Prêter l'oreille

Prêter l'oreille

Le livre numérique avait finalement peu à offrir par rapport à son équivalent papier. Il en est tout autre du livre audio, capable de donner une nouvelle dimension aux textes.

« Le livre audio est promis à un avenir plus brillant que le livre numérique », clament nos confrères du site d'informations littéraires Actualitté, reprenant des chiffres venus de Grande-Bretagne et des États-Unis. Même si la France présente un cas différent – le livre audio y est plus discret – cette information me réjouit pour deux raisons. La première : le livre audio, j'adore, et pas seulement parce que cela permet de lire les mains libres et avec les tympans. L'enregistrement de la lecture à haute voix de L'Étranger par Camus reste un document irremplaçable à mes yeux (ou à mes oreilles) : le souffle entravé et l'émotion de l'auteur apportent au roman un relief poignant. Je n'ai jamais si bien compris La Recherche que lue par André Dussollier (aux éditions Thélème), dont la diction découpe les longues phrases proustiennes selon leur merveilleuse ponctuation. Pour moi, le livre audio ne remplace pas le livre papier, mais lui donne une nouvelle dimension, facilite l'appréhension du texte et permet de confronter sa propre lecture à celle de l'interprète. S'il n'existait pas, il faudrait l'inventer.

À l'inverse, le livre numérique, ou livre dématérialisé, n'apporte rien à la lecture, et sa défaveur relative me rassure : voilà dix ou quinze ans, il était commun d'entendre que le livre papier était voué à disparaître, comme les disques en leur temps, remplacé par cette solution numérique miracle. À l'époque, je m'accrochais à un argument inventé par Umberto Eco, qui voyait dans le livre papier une invention indépassable. Pour lui, il en allait du livre comme de la cuillère : ces deux objets remplissent si bien leur fonction première qu'aucune innovation technologique ne saurait les améliorer. Eco n'est plus là pour voir son argument triompher. Mais, visiblement, il lisait dans l'avenir...

 

Photo : © DR

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes