Précautions de principe

Précautions de principe

Une expression obsessionnelle, entrée récemment dans la langue française, mais fort prévisible dans une époque aussi prétentieuse et craintive que la nôtre, s'énonce « principe de précaution ». Elle annonce que la précaution peut et doit devenir principe et que, parmi nos principes de vie en société, la précaution s'inscrit avec autorité, bien plus que la vertu, l'égalité et la fraternité, ces vieilleries. À défaire un mot bien formé, on le force à se mettre à table. Précaution, latinisme affiché, révèle la caution, pratique financière et juridique. Exiger une caution, par exemple, lorsqu'on loue un bien à quelqu'un, c'est faire preuve de cette méfiance qui a été proclamée qualité majeure dans la vie économique, où l'idée même de confiance est ridicule. Cela, malgré la doctrine affichée du capitalisme.

La caution, sournoisement, a masqué sa vraie nature, qui est l'attention craintive, la peur de l'avenir. Parmi les locutions latines, laborieusement conservées dans le formol d ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine