Pour une mère

Pour une mère

Les entreprises romanesques d'Hélène Cixous se situent à l'inverse de l'ordinaire : pour la plupart des écrivains, la mère incarne la figure de l'interdit face à l'écrit et Proust a attendu la mort de sa mère pour écrire le livre qui la fait revivre. Hélène Cixous, elle, transgresse cette loi très anciennement ancrée en elle « je n'écrirai pas sur ma mère vivante ». Elle libère le rêve, « son exercice spirituel », elle délivre le langage pour « énumérer [sa] mère en utilisant la souplesse, la musicalité, la mobilité de la langue, en ne la fixant pas dans un code, une identité qui va à l'encontre des mutations incessantes de la vie ».

Elle livre un texte fascinant et jubilatoire malgré la tension du thème : le lecteur est saisi par la force de la relation entre la mère et la fille, par la beauté d'un portrait qui ne règle aucun compte et laisse la porte ouverte au déferlement, à la limite du trop, présent et passé mêlés : trop d'amour, trop de violence dans les paroles et les ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes