Pour un Zweig dépouillé

Pour un Zweig dépouillé

Le privilège des auteurs universels n'est-il pas de se faire miroir de leurs exégètes ? Reflet polymorphe, qui a fait de Zweig aussi bien le « chasseur d'âmes », précurseur des pulsions taboues de la psyché salué par Romain Rolland et Freud, que, en 2013, le « Pepsi de la littérature autrichienne » dénoncé par le poète Michael Hofmann, qui vitupérait son « talent hollywoodien »...

En republiant Destruction d'un coeur et Brûlant secret, les éditions Payot témoignent d'un parti pris clair. L'écrivain Tobie Nathan et la psychanalyste Catherine Audibert, dans leurs textes liminaires, relient les récits de Zweig à son existence, dans la droite ligne de l'intentionnisme et du biographisme de Sainte-Beuve. Brûlant secret, histoire d'un baron viennois en villégiature qui manipule le jeune Edgar pour conquérir sa mère, est lu comme une « oeuvre sublimatoire » de l'amour infantile inassouvi de l'écrivain pour sa mère. La mère d'Edgar serait un avatar de Fried ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé