Pour qui sonne le glas

Pour qui sonne le glas

Ce livre est le plus long de Hemingway, et celui auquel il travailla le plus longtemps, de mars 1939 à septembre 1940, date à laquelle il remit à son éditeur les quarante-trois chapitres, corrigés de sa main. Martha Gellhorn, à laquelle il avait fait lire les premiers chapitres, et qui avait émis un jugement négatif, raconte l'anecdote suivante : « Alors, blessé, furieux, il alla chercher un meilleur public, ses compagnons de chasse et de pêche. Scène comique à Cuba, E. lisant à haute voix Pour qui sonne le glas à des copains de pêche et de tir au pigeon, des richards à demi illettrés, assis sur le plancher et suspendus à ses lèvres. » Le grand mérite de ce roman est de raconter une guerre, celle d'Espagne, à laquelle, on le sait, Hemingway participa. Contrairement à L'Adieu aux armes , qui relate des événements historiques avec un décalage d'une dizaine d'années, Pour qui sonne le glas est un récit presque à chaud, commencé quelques ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes