Pour en finir avec le colonialisme

Pour en finir avec le colonialisme

Sincèrement anticolonialiste, Camus ne s'est pas prononcé pour une indépendance immédiate de l'Algérie. Il a défendu une émancipation progressive, mais trop tard.

Sur cette terre sont réunis un million de Français établis depuis un siècle, des millions de musulmans, Arabes et Berbères, installés depuis des siècles, plusieurs communautés religieuses, fortes et vivantes. » Qui pourrait de nos jours contester cette analyse que Camus, en 1956, faisait de l'Algérie de son temps, ni la perspective qu'il lui traçait encore : « Ces hommes doivent vivre ensemble, à ce carrefour de routes et de races où l'histoire les a placés. Nos différences devraient alors nous aider au lieu de nous opposer. » Comment ne pas comprendre aussi qu'à cette fin il veuille tout à la fois « rendre toute justice au peuple arabe d'Algérie, le libérer du système colonial » et « ne rien céder sur les droits des Français d'Algérie » ?

Une exécration de tous les « nationalismes », qui sans doute chez lui distinguait mal celui des puissants et l'aspiration à la libération des peuples dominés, l'a cependant amené à sous-estimer la montée du sentiment identitaire dans la mas ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon