Portrait : Marc Dugain

Portrait : Marc Dugain

Usual business

Homme d'affaires hyperactif, MARC DUGAIN s'est lancé dans l'écriture à la quarantaine. Depuis, sa petite entreprise ne connaît pas la crise : romans, scénarios, réalisation de films... Son dernier livre, sur les traces de Robert Kennedy, est une nouvelle saga documentée sur les parts d'ombre du pouvoir.

Sur la porte, un fourmillement de noms d'entreprises, Blue Paris, Chez Louis, Mint, Motion Partners, Charles G Cinema, High Sea, Plans de Bataille, Manifesto... Des boîtes de production cinématographiques ou publicitaires, de la postproduction, un studio de répétition. Le bureau de Marc Dugain à Paris est un plateau de mille mètres carrés qu'il partage avec ses associés dans un immeuble de la rue des Petites-Écuries, juste au-dessus du New Morning, le club de jazz. Une ruche qui va bien à ce travailleur compulsif, même s'il n'y est que de passage. « Quand il n'écrit pas une série pour la télévision, il termine un roman tout en jetant un oeil sur le montage de son prochain film, en écrivant un essai et en envoyant ses chroniques aux Échos. Un pareil bosseur j'ai jamais vu ça », dit son ami, l'écrivain et critique Jérôme Garcin. Durant la campagne électorale, celui-ci commande une série de portraits de candidats à des écrivains. « Je téléphone à Marc un vendredi à 10 heures. ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine