Portrait-robot d'une légende

Portrait-robot d'une légende

Le « canon holmésien », c'est la formule consacrée pour parler de l'oeuvre bâtie par Arthur Conan Doyle : un corpus de quatre romans et cinquante-six nouvelles - pour les mordus des aventures du détective, l'équivalent des Évangiles. C'est un socle, mais pas uniquement. Car ce canon aura provoqué quelques déflagrations, qui s'entendent encore aujourd'hui : les enquêtes originales de Sherlock Holmes, elles-mêmes dispersées dans de nombreux fragments signés par Doyle, continuent de se disséminer dans l'imaginaire populaire. Dynamité dans des récits apocryphes, des pastiches posthumes, des pièces de théâtre, des films plus ou moins fidèles, le résident du 221B Baker Street fait même l'objet d'un fétichisme marchand qui parachève cet éclatement. La biographie conçue par John Bastardi Daumont n'est pas un confetti de plus dans cette éruption centenaire : c'est une mosaïque essayant de rassembler les morceaux. Traquant dans le canon les éléments qui permettent d'obtenir le portrai ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes