Portrait : panoramique sur philip k. dick

Portrait : panoramique sur philip k. dick

Comment toucher à la vérité de celui qui fit du simulacre et de l'hallucination l'horizon de sa science-fiction ? Un documentaire télé s'y attelle.

Il vivait reclus dans son appartement et dans sa psyché. Souffrait de dépression et d'hallucinations, qui l'incitaient à voir comme une illusion ce monde extérieur dans lequel il s'aventurait le moins possible. Réussir un portrait de l'auteur de science-fiction Philip K. Dick, qui plus est un portait filmé, est un défi paradoxal à la Philip K. Dick, justement. Que montrer d'un romancier qui s'est caché toute sa vie ? Comment cerner par l'image un être pour qui les images mentaient ? Peut-être en prenant des images d'archives contemporaines de l'auteur et en les distordant par des effets, ralentis ou grossissements, comme le fait Yann Coquart dans son documentaire. Et en les superposant aux quelques interviews du maître (né il y a cent ans) et à celles - récentes - de ses proches. Son psychothérapeute, qui semble avoir eu bien du travail, ses deux biographes, Gregg Rickman et Anthony Peake, son ex-femme Tessa Dick, l'auteur de SF David Brin.

En 56 minutes, le film ne peut guè ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article