Portrait du lecteur en héron

Portrait du lecteur en héron

Fidèle à sa manière, l'écrivain hongrois fait déferlerun torrent de mots à travers dix-sept récits ou tableaux, entre recueil de nouvelles et roman crypté.

l'auteur de Seiobo est descendue sur terre me disait que, quand on lui demande pourquoi il évite le point final, sa réponse préférée est la suivante : « Le point, il n'y a que Dieu qui puisse le mettre. » Et il ajoutait, un peu énigmatique : « Après, qu'il y ait un point ou non, c'est égal. »

Dans un saisissant passage de son premier roman publié en 1985, Tango de Satan, László Krasznahorkai, pour transcrire les rêves des villageois endormis à l'intérieur d'une vaste demeure inhabitée, renonçait non seulement aux points et aux virgules, mais même à quelques blancs entre les mots : « Mme Schmidt étaitunoiseau elle volait joyeusement sur la crête desnuages ». Ces songes qui s'élèvent, telle une vapeur entêtante, au-dessus de la petite collectivité qui dort, l'auteur les note en s'approchant ainsi de l'antique pratique de la scriptio continua, celle des rouleaux manuscrits où les textes - ceux de Platon, par exemple - étaient écrits sans aucun ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Laurent de Sutter © Hannah Assouline/ éd. de l'Observatoire

Laurent de Sutter
« Une indignation efficace reconfigure nos manières de penser »

Nos livres

 La langue confisquée, Frédéric Joly, éd. Premier Parallèle

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

OCTOBRE :

 Microclimat judiciaire : entretien avec Judtih Rochfeld

► De Big Brother à Big Other : inédit du dossier Orwell-Huxley

► « Le génie français, c’est la liberté ! » : version longue de l'entretien avec Laurent Joffrin

SEPTEMBRE :

► L'identité et ses (im)postures : critique du Nom secret des choses de Blandine Rinkel

 Souvenirs de la maison close : critique de La Maison d'Emma Becker

 Le feu au lac : version longue de l'entretien avec Kevin Lambert

 

© Louison pour le NML

© Louison