POLITIQUE DOMESTIQUE

POLITIQUE DOMESTIQUE

Alors qu'on s'interroge sur les inégalités et le bien-fondé de certaines taxes et exonérations, l'économiste Clément Carbonnier et la chercheuse en science politique Nathalie Morel s'interrogent sur Le Retour des domestiques. Ils montrent comment depuis les années 1990 le développement de ce qu'on a rebaptisé pudiquement les « services à la personne » est le résultat de politiques publiques qui se révèlent chères, créent peu d'emplois et des emplois dégradés (précaires et mal rémunérés, contribuant aux inégalités ethniques et de genre). D'autant que ce sont les plus riches, qui pourraient se passer de ces avantages fiscaux, qui en bénéficient le plus sous forme de ménage, repassage ou jardinage. Au détriment de services publics de garde d'enfants ou des aides aux personnes âgées dépendantes. Une démonstration implacable.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article