P.O.L, derniers regards

P.O.L, derniers regards

Paul Otchakovsky-Laurens, décédé début janvier, laisse orpheline une maison d'édition légendaire, dont il assumait seul tous les choix.

avec Paul Otchakovsky-Laurens, mort à l'âge de 73 ans dans un accident de voiture le 2 janvier, s'éteint un certain âge de l'édition : celui où le catalogue d'une grande maison généraliste pouvait être l'oeuvre d'un seul homme, ajoutant, à chaque nouveau livre paru, comme une touche à un immense tableau. C'était le temps de Jérôme Lindon, de Christian Bourgois, de Jean-Jacques Pauvert ou de P.O.L donc, qui lisait et sélectionnait lui-même - et lui seul - tous les manuscrits reçus à son bureau de la rue Saint-André-des-Arts. Détournant une réflexion de Jean Paulhan, qui affirmait éditer les livres qui manquaient dans sa bibliothèque, P.O.L préférait dire qu'il éditait « les livres [qu'il] aurait aimé écrire ».

« UNE LOUVE » POUR SES AUTEURS

Bien sûr, de nombreux jeunes éditeurs, aujourd'hui, animent en solitaire leur structure, mais elles demeurent pour l'essentiel de taille modeste et se consacrent souvent à un domaine ou à un registre très s ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Aurélie Charon © S.Remael/Ed. L’Iconoclaste

Aurélie Charon
Autrice de C'était pas mieux avant, ce sera mieux après (L'Iconoclaste)

Nos livres

NUAGE ORBITAL, Taiyô Fujii, traduit du japonais par Dominique et Frank Sylvain, éd. Atelier Akatombo

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine