Points d'intersection et de déconstruction

Points d'intersection et de déconstruction

Lorsqu'il rend hommage à Hans-Georg Gadamer, le philosophe reformule en miroir son idée de la « déconstruction », concept auquel on a abusivement résumé sa méthode.

Béliers. Le Dialogue ininterrompu : entre deux infinis, le poème est la retranscription d'une conférence prononcée à la mémoire de Hans-Georg Gadamer, à l'université de Heidelberg, le 5 février 2003. En 1981, à Paris, avait débuté ce que d'aucuns ont appelé un « dialogue de sourds » entre herméneutique et déconstruction, qui semblaient si opposées que toute entente paraissait impossible. Mais que fait Derrida lorsqu'il rend hommage au grand herméneute par le truchement d'une lecture du poème de Celan « Grosse, glühende Wölbung » « Grande voûte incandescente » dans Atemwende Renverse du souffle ? Il devient ou redevient ou tend à redevenir herméneute, les hésitations de formulation engageant des interprétations radicalement différentes de ce geste.

En effet, Derrida reconnaît ce qu'il voit comme des moments déconstructifs dans l'herméneutique, en prenant l'exemple de l'interprétation que Gadamer avait proposée d'un autre poème de Celan, « Wege im Schatten-Gebräch » « Des chemi ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine