Points de frictions

Points de frictions

Après la naissance de l'imprimerie, la ponctuation nourrira mille désaccords entre les écrivains et les typographes, gardiens d'une norme qui sera elle-même longtemps sujette à débats. Si elle paraît aujourd'hui rigoureusement définie, elle peut toujours diviser les praticiens du texte.

La ponctuation fascine : grammairiens, écrivains, journalistes la subissent ou l'exaltent. Elle est l'objet d'études passionnées, savantes, et de pratiques incertaines. Sa nature est optique, graphique, et ses fonctions signifiantes renvoient aux pouvoirs du verbum, de la parabola, la parole. Elle s'inscrit dans l'invention historique de l'écriture, et tout élément de ce système fait correspondre à une forme visible, à un tracé identifiable, un élément pertinent de la parole. Éléments sonores, phonèmes d'une langue, silences de toutes langues, mélodie vocale, tous porteurs de sens. Dans cet ensemble à la fois sémantique et syntaxique, logique et quelquefois esthétique, toujours sériel et rythmique, mélodique aussi, la ponctuation représente dans toute écriture, qu'elle soit virtuelle ou actuelle, un sous-système fonctionnant grâce à des visualisations, notamment celle d'un paradigme de quelques formes simples, à partir de la notion abstraite et géométrique du p ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Éric Vuillard

Éric Vuillard
« La Guerre des pauvres est une guerre qui n'est pas terminée. »