Poétique de l'égorgeur

Poétique de l'égorgeur

Après Métaphysique du chien et Autoportrait à l'ouvre-boîte, voici Poétique de l'égorgeur. Philippe Ségur dispose d'un certain talent pour inventer des titres intrigants, sinon accrocheurs. On pourrait donc redouter le pire. Or on ouvre le livre et on le referme deux cent quarante pages plus loin amusé, bluffé par la virtuosité du récit et la maestria de l'auteur à vous rouler dans la farine. Entre- temps, on a ri, on a frissonné, on s'est interrogé, on a applaudi l'artiste en pensant qu'il y va parfois un peu fort, que ses malices sont cousues de fil blanc, mais que cela, au fond, n'a aucune importance.

De quoi s'agit-il ? D'une saga norvégienne adaptée à l'environnement toulousain contemporain ; d'un récit réaliste contant l'histoire d'un universitaire rangé, juriste de son état soudain saisi du démon de midi moins le quart, et qui déraille au cours d'une désopilante scène de soutenance de thèse. C'est aussi un roman symbolique qui multiplie clefs et correspondances, et un ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes